16 mars 2021

Mondialisme de Basquiat

Très bon connaisseur de l'histoire de l'art, Jean-Michel Basquiat essaye une grande variété de thèmes dans le sous-sol d'Annina Nosei en 1981. Son père est d'origine Haïtienne et sa mère est d'origine Porto-Ricaine. Sa vision du monde est totale, de l'Afrique tribale aux rues de New York.

Le Pêcheur est une des toutes premières peintures de la phase Nosei. Basquiat a remplacé la nudité de l'homme primitif par une transparence montrant le squelette sous la peau noire. L'inspiration des fétiches à clous du Congo apporte une agressivité supplémentaire, qui n'épargne pas le terrible poisson. Les masques Grebo de Côte d'Ivoire ont fourni le regard halluciné et la bouche implacable. Cette peinture sur toile 198 x 173 cm a été vendue pour $ 26,4M incluant premium par Christie's le 14 novembre 2012.

Il vaut mieux être le premier dans son village que le second à Rome ou New York. Le pêcheur est déjà un roi dérisoire, avec une couronne d'épine. L'artiste réutilise le personnage en guerrier, avec une épée meurtrière.

Basquiat cherche les meilleurs effets pour supporter son message social. La toile ne se substitue pas au mur du graffiti et est trop loin de l'art tribal. Il essaye le bois.

Un Guerrier peint en 1982 est un bon démonstrateur de ce perfectionnisme appliqué à un thème qui est déjà une série. Par son histoire aux enchères, cet acrylique, oilstick et spray 183 x 122 cm sur panneau de bois est aussi un pionnier de l'exportation mondiale du marché de Basquiat. Il a été vendu trois fois par Sotheby's : à New York pour $ 1,8M le 9 novembre 2005, à Londres pour £ 2,8M le 21 juin 2007 et pour £ 5,6M le 26 juin 2012. Ces résultats incluent le premium. Il est estimé HK$ 240M à vendre par Christie's à Hong Kong le 23 mars, lot 1.