14 mars 2021

Moulins à Vent sur la Butte

Vincent van Gogh arrive à Paris en mars 1886. Il loge chez son frère Theo et fréquente l'atelier Cormon où il rencontre Toulouse-Lautrec. La Butte Montmartre, toute proche, exerce une attraction irrépressible. En juin Theo et Vincent s'installent sur les flancs de la Butte, rue Lepic.

L'ambiance est à la fois campagnarde et festive. La Butte culmine à 130 m d'altitude, sans abri au vent. Les moulins sont pittoresques. Dans le plus célèbre d'entre eux, la famille Debray produit depuis 1809 une farine de haute qualité, pour laquelle ce moulin déjà ancien est nommé Moulin de la Galette ou Moulin Blute Fin. L'enclos est transformé en espace de divertissement pour boire et danser. Le Moulin à Poivre y est construit en 1865.

L'artiste hollandais est attiré par les moulins à vent. Il aime l'air pur des collines et ne manquera pas, deux ans plus tard, de commencer par Montmajour son exploration d'Arles. Son style change. Ses peintures des moulins de Montmartre ont des couleurs claires et joyeuses. Ses scènes peuplées de personnages tranquilles sont post-impressionnistes, avec des lignes souples et des visages stylisés. Elles seront abondamment imitées par Utrillo.

Le 25 mars à Paris, Sotheby's vend une vue de Montmartre peinte par Vincent à la fin de l'hiver 1887. La scène est centrée sur le Moulin à Poivre en vue rapprochée, tandis qu'un autre moulin est visible très loin sur l'horizon.

Cette huile sur toile 46 x 63 cm était depuis un siècle dans une collection particulière, hors de vue du public et des experts. Récemment redécouverte par les commissaires-priseurs Mirabaud-Mercier, elle est estimée € 5M, lot 6. L'image est partagée par Wikimedia.